Meek Mill : son arrestation pose questions

Le FBI vient d’ouvrir une enquête concernant la juge qui a envoyé Meek Mill en prison. Le rappeur a été jugé la semaine dernière et a écopé d’une peine de deux à quatre ans de prison ferme après avoir violé sa liberté conditionnelle, dont il avait écopé à la suite d’une affaire de drogue et de braquage en 2008. Certaines voix se sont élevées – notamment celle de JAY-Z et de Rick Ross – reprochant la sévérité de la peine énoncée par la juge Genece Brinkley, d’autant que le procureur et le responsable de la conditionnelle du rappeur n’en demandaient pas tant.

D’après l’avocat de Meek Mill, Joe Tacopina, le jugement serait « biaisé » parce que la juge n’aurait pas apprécié que le rappeur refuse de lâcher – comme elle le lui demandait – Roc Nation, ses managers, pour signer avec Charlie Mack. Elle aurait aussi demandé à Meek Mill d’enregistrer une reprise de Boyz II Men – un groupe géré par Charlie Mack. Visiblement, cette déclaration a fait mouche, puisque d’après Page Six, le FBI aurait décidé d’enquêter à ce propos.

« Les fédéraux s’intéressent au juge et à un conflit d’intérêt potentiel, a déclaré un témoin à la publication. Des agents infiltrés suivent l’affaire au tribunal depuis avril 2016. »

La même source a précisé que Charlie Mack, qui s’occupait de Meek Mill au début de sa carrière, lui aurait confié qu’il « connaissait » le juge qui s’occupait de son cas et qu’il pourrait « l’aider ». Une allégation démentie par l’intéressé.

« J’ai passé plus de temps à vous parler que j’ai jamais parlé à ce juge, a-t-il expliqué à Page Six. Il n’y a pas de complot. Meek est un pote de plus de 30 ans. »
Page Six est aussi allé contacter le FBI pour avoir un peu plus de détails sur l’affaire et les motivations du Bureau. « Le règlement nous empêche de confirmer ou de démentir l’existence d’une enquête », ont-ils répondu, alors que Joe Tacopina a lui aussi botté en touche en affirmant qu’il ne pouvait « rien commenter ».

Lundi, le verdict a provoqué une manifestation devant le Criminal Justice Center de Philadelphie. Rick Ross était présent, et il s’est fait le porte-voix des manifestants.

« Je suis ici pour soutenir mon frère Meek Mill. Je veux que vous sachiez que si nous avons besoin de Meek Mill pour faire entendre la voix de ceux qui sont dans la même situation que lui, nous utiliserons Meek Mill pour le faire »
a-t-il déclaré, bien décidé à sortir le rappeur de là

Show Buttons
Hide Buttons