Images : tournées – rencontres en Europe du rappeur Sénégalais Simon

Images : tournées – rencontres en Europe du rappeur Sénégalais Simon

SIMSIMON3SIMO simon simon1 SIMON2 SIMON3 SIMON4SIMON4 RENCONTRE4RENCONTRE5rencontre1

Né en 1979 à Dakar (Sénégal), Simon Kouka est issu d’une famille à la fois chrétienne et musulmane. Sa force et son originalité, il le tire de ces deux cultures, ainsi que de ses multiples voyages.
Depuis ses débuts en 1997 en tant que leader du groupe Bis Bi Clan, Simon s’affirme sur la scène dakaroise en faisant toujours plus d’émules : Vainqueur du concours national de rap de «Oscar des Vacances » (émission diffusée sur la RTS, Radio Télévision Sénégalaise) en 1998, il accède à la notoriété en lançant un appel au mouvement rap pour que cessent les conflits internes et prône le retour aux véritables valeurs du Hip Hop avec « Mangui tuddu Hip sant Hop » (paru dans la compil Energie FM de DJ Liz en 2000). Ce morceau restera longtemps l’un des plus diffusés sur l’ensemble des radios du pays.Il enchaîne ensuite les participations dans des compilations «DK 2000 » (Studio Yes, Senerap act 2) et les featurings avec les plus grandes têtes d’affiche du rap sénégalais : Daara-J, Abass Abass, Bourba Djolof (Sen Kumpë), Gaston alias Baye Sen, Bideew Bu Bess, Nix, K-T (Rap’adio), Fafadi et se fait le promoteur des nouvelles recrues du clan Bis Bi, à savoir Zaïr ak Batine.En 2001, il remporte un véritable succès avec « Balla », reprise originale du titre «Di-allo » de Wycleef, en hommage au jeune étudiant sénégalais Balla Gaye tué par la police lors d’une manifestation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Déjà confirmé au Sénégal, plus particulièrement dans le milieu du rap underground, Simon s’envole ensuite pour la France en 2002, et décide de s’installer à Bordeaux. Il entame alors une carrière nationale et internationale en expérimentant différents styles de Hip Hop… sans oublier le jazz, puisqu’il collabore avec le groupe Acoustic Rap Band, constitué de musiciens de jazz (contrebasse, guitare, percussions marocaines et batterie).
Enregistrée à Dakar avant son départ, une compilation new-yorkaise produite par les américains Ben Hasson et Dan Carter du label Nomadicwax, paraît sous le titre « African Underground» (Vol.1), à laquelle il apporte sa contribution avec « Jagga ». En France, on ne compte plus les productions auxquelles il participe : « Maintenant je sais » dans la compilation « Mot 2 passe» est un pamphlet virulent contre le sort réservé aux immigrés en France ; «Simon on the phone», avec le featuring des rappeurs cubains de Taïnos, est l’un des morceaux phares de l’album « B- to the X ».
S’essayant fructueusement au Slam, style de poésie urbaine qui propose une variante du rap, il sort vainqueur du concours de slam organisé à Bordeaux en 2004. Mais c’est sur scène que Simon se réalise pleinement. Il fait preuve d’un véritable talent de leader et multiplie les concerts à Bordeaux et ailleurs :
A Nantes (Prison de nantes avril 2004)
A Paris (Cergy pontoise 11 juillet 2004)
En Belgique (à Lièges les 07 et 08 Octobre 2005)
En Espagne (à Barcelone le 14 Avril 2006)
A New york avec son acolyte du Bisbi clan, Meta Krazy (à Brooklyn Mai 2007).Et membre actif du mouvement y’en a marre

 

 

A Propos de l'auteur

rfan

Hello ,Rfan j’adore l’Afrique, la culture africaine, lire, écrire. Je suis un grand passionné du monde digital.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

palm
palm
palm
palm