fbpx Quand Nollywood séduit Netflix - Afriseries & Ciné - Promouvoir les séries et le cinéma africains.

Quand Nollywood séduit Netflix

Depuis une dizaine d’années, le catalogue de la plateforme de films et de séries en ligne Netflix ne cesse de s’étoffer. Notamment avec des contenus africains, entre acquisitions et créations originales.

«C’était un rêve. » C’est en ces termes que le musicien et rappeur ghanéen Samuel Bazawule, plus connu sous le nom de Blitz The Ambassador, a qualifié, sur Twitter, sa rencontre avec Ava DuVernay,en février. La réalisatrice africaine-américaine a fait l’acquisition, en partenariat avec Netflix, de The Burial of Kojo, le tout premier film de l’artiste.

À compter du 31 mars, ce long-métrage sélectionné pour le Festival international du film panafricain de Cannes prendra place au sein du catalogue foisonnant de Netflix, géant américain du service de vidéo à la demande. The Burial of Kojo vient s’ajouter à la longue liste des productions réalisées en Afrique que l’on retrouve désormais sur Netflix.

La société, qui, à sa création, en 1997, n’était qu’une simple entreprise de location de DVD, propose aujourd’hui une vingtaine de films nollywoodiens qu’elle a commencé à acquérir dès 2015. Parmi eux, The Wedding Party, de Kemi Adetiba, Maman, papa, la voilà, de Tony Sebastian Ukpo ou Des voisins presque parfaits, d’Oyefunke Fayoyin. À quoi il faut ajouter des films sud-­africains et kényans, et même des perles comme I Am Not a Witch, de la Zambienne Rungano Nyoni.

jeuneafrique.com

A Propos de l'auteur



palm
palm
palm
palm