Le Sénégal Aux Journées cinématographiques de Carthage

Le Sénégal Aux Journées cinématographiques de Carthage

Les Journées Cinématographiques de Carthage, doyen des festivals africains et arabes, se portent bien. De biennales jusqu’en 2014, elles sont devenues annuelles, grâce au foisonnement des cinématographies africaines et arabes.

2016 a été l’occasion de fêter le 50 ème anniversaire des JCC. 2017 a été l’année du bilan et des reformes. 2018 est l’année de la confirmation des choix de l’année passé et l’occasion de mettre plus en perspectives les Journées cinématographiques de Carthage sur les plans régional et international.

L’aspect festif et populaire des JCC est important et le festival reste incontestablement la plus grande fête du pays, la seule qui transforme le visage de Tunis en drainant un public incroyable et bon enfant (plus de 200 000 spectateurs dans les salles et plus de 2 million de personnes dans l’hypercentre de Tunis en 8 jours).

A l’occasion de cette 29e édition, le Sénégal a reçu les honneurs du comité d’organisation avec le film « Le prix du pardon » de Mansour Sora Wade. Ce, en présence du ministre tunisien chargé des Affaires culturelles, Mohamed Zine El Abidine, et de son homologue sénégalais, Abdou Latif Coulibaly. L’ambassadeur du Sénégal en Tunisie, Ramatoulaye Ba Faye, et d’autres membres du corps diplomatique basé à Tunis y ont également pris part aux côtés de plusieurs cinéastes sénégalais.

A cela s’ajoute trois films sénégalais qui sont en lice pour la compétition officielle ouvertes depuis le 3 novembre et qui se poursuit jusqu’à samedi prochain.

En outre, quatorze autres films du Sénégal (des classiques et des nouveautés) seront également projetés dans plusieurs salles de cinéma de Tunis durant ces Journées cinématographiques de Carthage.

 

A Propos de l'auteur



palm
palm
palm
palm